17,00

Plaidoyer pour les justes

Lettre à maison d’éditions. « Monsieur, J’ai commencé chaque chapitre calmement, je les ai finis dans la haine. C’est drôle ! Et je ne m’en apercevais que lorsque je les relisais. J’ai été condamné à la peine de quinze années de réclusion criminelle assortie d’une mesure de sûreté de dix années. Ce pour un simple hold-up où je n’ai tué, blessé, frappé, pris en otage personne. Je n’ai alors tiré sur quiconque, ni même sur le plafond, ni sur le plancher. Je me suis contenté seulement de prendre soixante mille francs à une banque, puis je suis parti sans demander mon reste. Je sais dès lors de quoi il retourne par ce procès ignoble, et c’est pourquoi j’ai écrit ce manuscrit. Celui-ci est une réponse à toute la Cour d’assises qui m’a jugé dernièrement. J’invoque alors pour lui mon droit inaliénable à la libre expression et je le justifie ainsi entre autres.J’ai foi en mon acte, et je suis persuadé que mon manuscrit est valable car il est trop urgent et certainement révélateur d’un grand malaise au sein de la société tout entière. J’ai écrit mon manuscrit en quelques jours, sur un coup de grande colère, mais je l’ai longuement réfléchi aussi. Il ne faut pas croire que tout ce qui y est dit l’est à la légère ; vous vous tromperiez énormément. Chaque mot, chaque phrase y a son importance, et j’y tiens énormément. » Aïssa Lacheb

UGS : VAU4220.Catégorie : . Genre : Roman, Format : 130 X 198, Date de parution : 2015-09-03, Nombres de pages : 252, EAN-ISBN : 9782846260152,

Description

Lettre à maison d’éditions. « Monsieur, J’ai commencé chaque chapitre calmement, je les ai finis dans la haine. C’est drôle ! Et je ne m’en apercevais que lorsque je les relisais. J’ai été condamné à la peine de quinze années de réclusion criminelle assortie d’une mesure de sûreté de dix années. Ce pour un simple hold-up où je n’ai tué, blessé, frappé, pris en otage personne. Je n’ai alors tiré sur quiconque, ni même sur le plafond, ni sur le plancher. Je me suis contenté seulement de prendre soixante mille francs à une banque, puis je suis parti sans demander mon reste. Je sais dès lors de quoi il retourne par ce procès ignoble, et c’est pourquoi j’ai écrit ce manuscrit. Celui-ci est une réponse à toute la Cour d’assises qui m’a jugé dernièrement. J’invoque alors pour lui mon droit inaliénable à la libre expression et je le justifie ainsi entre autres.J’ai foi en mon acte, et je suis persuadé que mon manuscrit est valable car il est trop urgent et certainement révélateur d’un grand malaise au sein de la société tout entière. J’ai écrit mon manuscrit en quelques jours, sur un coup de grande colère, mais je l’ai longuement réfléchi aussi. Il ne faut pas croire que tout ce qui y est dit l’est à la légère ; vous vous tromperiez énormément. Chaque mot, chaque phrase y a son importance, et j’y tiens énormément. » Aïssa Lacheb

Rédiger une réponse

*

À propos de l'auteur

Author

Aïssa Lacheb vit à Reims. Il est notamment l’auteur de l’inoubliable Plaidoyer pour les justes et des Scènes de la vie carcérale.

En savoir plus
  • Petits Diables

    Choisissez !

    Lacheb, Aïssa

    Après les attentats de Paris, Aïssa Lacheb interroge la nature des terroristes, français...

    17,00
  • Dieu en soit garde

    Lacheb, Aïssa

    L’auteur de Scènes de la vie carcérale raconte son enfance rémoise. Dans la somptueuse langue...

    17,00
  • Scènes de la vie carcerale

    Lacheb, Aïssa

    Treize ans après, Aïssa Lacheb revient à ce qu’il a vu de la prison en France et raconte, dans...

    17,00
  • Dans la vie

    Lacheb, Aïssa

    Les carnets d’un homme solitaire devenu assassin par rectitude humaine.Un infirmier compassionnel...

    17,00
  • Le Roman du souterrain

    Lacheb, Aïssa

    « Elle tient mon manuscrit doucement posé sur ses genoux. Elle a terminé de lire. Je me lève,...

    17,00