À paraître

Sur l’alcool

13 août 2020

Charles Bukowski

Un recueil de prose et de poésie, qui inclut des œuvres tardives et brillantes de l’auteur. Celui qui s’autoproclamait « vieil homme sale » utilisait l’alcool à la fois comme muse et comme combustible, une relation conflictuelle responsable de certains de ses moments les plus sombres, comme les plus joyeux et inspirés.

Dans Sur l’alcool, Abel Debritto, spécialiste de Bukowski, a réuni ses écrits de toutes formes et de toutes les époques sur la boisson. Ivre, Bukowski est capable d’être seul, d’être en société, d’être un poète, un amant, et un ami, bien que cela lui coûte souvent. Une fenêtre sur l’âme d’un poète parmi les plus légendaires et les plus admirés.

La Fille du chasse-neige

20 août 2020

Fabrice Capizzano

C’est un roman dans lequel on plonge pour ne plus le lâcher, pour en ressortir lavés de nos trivialités, prêt à aimer à nouveau et vivant comme jamais. Et pourtant, il ne raconte que la vie d’aujourd’hui et l’amour de deux personnages, Tom, artiste naissant, habité par la musique, et Marie, apicultrice, la très libre « fille du chasse-neige », entourés des leurs. Dans ce roman aux tonalités rock, les êtres sont de chair et de sons. Mais ces vies, par la magie conjuguée d’un style virtuose, d’une empathie humaine débordante et d’un réalisme qui joue dans tous les sens, compose une fresque sociale et chronique familiale d’une grande sensibilité.

Portraits inoubliables de femmes (Marie ; les mère et sœur de Tom) et d’hommes (Tom ; son père ; frère ; l’extraordinaire producteur Franck), La Fille du chasse-neige est avant tout un roman d’amour solaire, comme il en existe peu.

La République ne vous appartient pas. Discours à Polytechnique

3 septembre 2020

Juan Branco

Le 9 décembre 2019, Juan Branco prononce ce discours essentiel devant l’amphithéâtre d’honneur de Polytechnique, rempli de centaines d’étudiants de la plus prestigieuse école supérieure française. Il ouvre ce discours ainsi : « La République ne vous appartient pas. » Mais loin de culpabiliser les élites en formation, il leur donne les clés pour comprendre les déviances du système et dénonce ceux qui trahissent les valeurs de la République. Il place les élèves face à leurs ambitions futures de citoyens.

Mais ce discours est aussi adressé à tous les habitants de ce pays, qui ont droit à la vérité sur un système éducatif dont ils sont avant tout victimes. En s’adressant aux étudiants de Polytechnique, Juan Branco parle à la France entière et la somme de prendre ses responsabilités en refusant de se soumettre au cynisme et à l’injustice.

Dessine-moi un pangolin

3 septembre 2020

Collectif Regards

Le monde traverse une crise inédite qui paralyse les peuples, les systèmes économiques et politiques. Personne n’est en capacité de dévoiler le visage du monde de l’après coronavirus. Ni à court terme lorsque les pays auront progressivement « déconfinés » leurs populations, ni à moyen et long terme lorsque ces mêmes pays auront installé des politiques de rattrapage, qu’elles soient par la relance ou par l’austérité.

Ce livre n’a pas l’ambition d’avoir les réponses mais entend poser les bonnes questions, sur le rôle de la science et de l’arbitrage politique, sur la démocratie, les libertés et les droits, mais aussi sur l’éternel débat des frontières, de la mondialisation et de la relocalisation.

Cela aussi sera réinventé

10 septembre 2020

Christophe Carpentier

L’Accablement Climatique a profondément modifié le monde. Les failles sismiques et la pression tellurique déforment peu à peu sa surface. Les Vents Obscurcissant brouillent les communications et empêchent toute culture des terres. L’humanité est en perte de repères, tandis que s’affrontent les militaires de l’OTAN, les groupuscules sauvages et les Nomades Décontextualisés. Ces derniers tentent de réconcilier le biologique et l’éthique grâce à des caravanes autosuffisantes en eau et nourriture.

Un magnifique roman aux problématiques plus qu’actuelles : nécessité de repenser un modèle économique qui mène à la destruction, de dépasser la sédentarité de qui s’attache un espace et s’en décrète propriétaire… Alternant descriptions sublimes, réflexions théoriques qui font mouche et dialogues étonnants, c’est un roman magnifiquement écrit qui évoque Gibson pour l’univers et la poétique mais aussi Koltès pour la parole portée au rang d’action.

Recueil 2020

17 septembre 2020

Collectif Hemingway

Le Prix Hemingway, prix international organisé par l’association les Avocats du Diable, est devenu une des plus belles consécrations de la nouvelle en France et un tremplin pour les écrivains, et ne cesse de s’étendre.

En 2020, 117 nouvelles étaient en compétition, majoritairement en langue espagnole. Suite à l’annulation de la feria de Pentecôte à Nîmes, le prix sera remis en septembre, à parution du recueil dont la composition ne sera dévoilée qu’alors.

Méchamment Berbère

24 septembre 2020

Minna Sif

Cette chronique aussi réaliste que jubilatoire, plonge dans le quotidien d’un immeuble habité par des femmes immigrées abandonnées par leurs maris. Les trois petites narratrices unies en une seule voix colorent d’une touche de malice et de tendresse cette existence difficile. Leur mère doit assurer le quotidien pour remplacer un père qui a abandonné le domicile conjugal. Humour féroce et interprétation cocasse des situations difficiles que traversent les personnages, transforment ce récit potentiellement dramatique en épopée pleine de rage et livre une description poignante et lucide du choc de deux civilisations.

Le Bal des hypocrites

24 septembre 2020

Tristane Banon

 Le 5 février 2007, Tristane Banon accuse Dominique Strauss-Kahn de s’être livré à des violences sexuelles à son encontre au cours d’un entretien professionnel. L’affaire est évoquée en 2006 dans le livre de Dubois et Deloire, Sexus Politicus, et dans la biographie autorisée du Roman vrai de Dominique Strauss-Kahn de Michel Taubmann. Mais Tristane Banon conteste la véracité des pages qui la concernent.

 Son témoignage revient au premier plan le 15 mai 2011, lorsqu’éclate aux États-Unis l’« Affaire DSK ». L’homme politique suscite en France des soutiens immédiats, révélateurs d’une importante régression de la société sur le respect du droit des femmes et la condamnation des violences sexuelles. L’affaire devient nationale, les féministes se mobilisent, l’opinion publique, partout dans le monde, s’aiguise et dénonce, après l’abandon du procès pénal intenté par Nafissatou Diallo, une justice à deux vitesses. L’auteur raconte ici la mise au pilori médiatique qui a suivi ses accusations, près de dix ans avant le mouvement #MeToo.