À paraître

La Marge d’erreur

20 mai 2021

Nicolas Rey

« Savoir finir en beauté ? C’est tout un art. »

Entre désinvolture et grâce déchue, débandade et érotisme débridé, autofiction et fantaisie romanesque, La Marge d’erreur fait le portrait hilarant d’un dépressif chronique plein de rage de vivre, pour les dernières semaines qu’il lui reste.

Lauréat du Prix de Flore, Nicolas Rey a publié romans, nouvelles et chroniques. Dos au mur, son dixième livre au Diable vauvert, a reçu le Prix Gatsby.

Lombres

27 mai 2021

China Miéville

« C’est un peu le Londres de la récup, où les déchets ont trouvé asile… L’univers de China Mieville s’avère fort pétulant ! » Frédérique Roussel, Libération

« L’odyssée fantabuleuse de deux jeunes Londoniennes dans une capitale british parallèle – ou Neverwhere revu pour la génération Misfits… On aimerait que davantage de romans destinés aux adultes se jouent aussi bien des clichés et fasse montre d’une telle inventivité. » Bifrost

Une aventure écologiste et merveilleuse, façon Lewis Carroll !

 

Lazare attend

27 mai 2021

James Morrow

Depuis toujours, Lazare maintient mordicus qu’il n’a jamais été ressuscité. Quand d’étranges visiteurs l’invitent à bord d’un fabuleux vaisseau mécanique dirigé par un automate à tête de crocodile, il embarque pour une épopée dans l’espace et le temps qui le conduira du New York des années 1960, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, à explorer les grands lieux du christianisme, revisitant avec humour l’histoire de notre civilisation.

« MORALISTE SWIFTIEN ET HUMANISTE VOLTAIRIEN, DISCIPLE DE CAMUS, JAMES MORROW EST UN DES HYPER- CONTEURS, UN DES MAÎTRES DE L’IMAGINAIRE, LES PLUS FORMIDABLES QUI SOIT. » François Angelier, France Culture

La Chair et le sens

03 juin 2021

 André Viard

Dans la continuité des représentations du Paléolithique et des cultes néolithiques, au travers des mythes magnifiant la force et la fertilité, la culture indo-européenne et la civilisation méditerranéenne célèbrent depuis dix millénaires l’homme qui affronte le taureau.

Faisant dialoguer anthropologie et dimension sacrée, l’auteur dévoile des pans méconnus de l’histoire, tend des passerelles audacieuses et inattendues par-delà les âges et au-dessus des continents, tout au long d’un voyage vertigineux aux origines de l’épopée humaine, quand les ancêtres de l’homme combattaient déjà ceux du Bos taurus, jusqu’à la corrida moderne.

Fresque foisonnante autant que quête initiatique, voici un ouvrage passionnant, imposant et surprenant, engagé et polémique, sur un sujet, notre rapport à l’animal, qui interroge l’ensemble des civilisations humaines.

Rage Tendre

03 juin 2021

Jérôme Bertin

il y a des mots crus et des baisers à la menthe
Il y a un sens
la merveille n’est pas encore cassée
Marie Chadou mon amour
Je croyais entendre battre ton cœur pour moi
ce n’était que le bruit d’une ombre marchant sur la neige

Paternoster

26 août 2021

Adrien Girard

La bouleversante dernière fois d’un père et son fils

« Je fermai finalement le cahier comme pour fermer l’océan tout entier et garder son secret auprès de moi, puis m’endormis en pensant à la dérive de mon père, à la mienne, à notre embarcation, au rivage seul et à ce mot qu’il avait, naïvement ou pas, précisé : Fin. »

Les Chiens et la Charrue

09 septembre 2021

Patrick K. Dewdney

Un chef-d’œuvre événement de la fantasy française

« La naissance d’une voix saisissante de clarté et d’authenticité dans le panorama de l’imaginaire français. » Nicolas Winter, Justaword

« Une des plus grandes sagas de ces dernières années. » Robin Bouder, Actualitté

« C’est le moment de vous plonger avec délectation dans cet incroyable cycle multirécompensé et appelé à devenir un classique français du genre. » Sylvie Loriquer, Libraire L’Attrape-cœurs

« Du grand art. » Librairie Millepages

« Une saga qu’on ne lâche pas ! » Librairies Ensemble

« Le récit de Patrick K. Dewdney se distingue par son ampleur narrative. » Clément Martel, Le Monde

Feminicid

16 septembre 2021

Christophe Siébert

Voici la première édition non-clandestine du manuscrit de Timur Maximovitch Domachev, journaliste trouvé mort d’une balle dans la tête le 20 février 2028, à Mertvecgorod, alors qu’il enquêtait sur des féminicides en série.

Entre l’audace narrative de Bolaño, la noirceur cyberpunk de Dantec ou le post-exotisme de Volodine, les chroniques de Mertvecgorod explorent les bas-fonds d’une société rongée en profondeur.

« Fix-up coup de poing. » Bifrost

« J’ai lu ce livre sans débander. » Punk, Stoners & Books

« Un féroce inclassable dont on n’a pas fini d’explorer les arcanes. » J.-P. Andrevon, L’Écran fantastique

« Prend aux tripes, les broie, les liquéfie. » Yozone